Palettes des linéaires loisirs

Loisir pour tous avec le déstockage

Cessation d’activité ou litige sur un transport, certains stocks visant le loisir sont mis en attente en entrepôts. L’incidence du stockage de ces invendus peut être, pour les entreprises, catastrophique, notamment en termes de manque à gagner. L’option de déstockage devient alors une solution apte à, sinon récupérer tous les bénéfices escomptés, en retrouver au moins une partie. Ainsi, les entreprises seront moins lésées par ces déconvenues et, en prime, les particuliers pourront profiter d’offres imbattables.

Une seconde chance pour les stocks

Dénué d’un étiquetage en règle ou doté d’un emballage quelque peu abîmé, le produit n’est pas forcément inutilisable. Les ballons et cotillons trouveront, par exemple, leur place dans les familles pour un anniversaire, sans trop entamer le budget. De même, les amateurs de lecture pourront se faire plaisir deux fois plus que d’ordinaire au travers de tarifs très attractifs permettant d’acquérir deux, voire trois livres, pour le prix d’un. Autant de produits de loisir, qu’ils soient aquatiques, culturels ou ludiques, qui pourront, par le biais du déstockage, combler de nombreux foyers et ouvrir grand les possibilités de faire des cadeaux.

Une alternative à la perte totale de la marchandise

Cessation d’activité, faute de repreneur, il est impératif de songer au reclassement de ces stocks de loisir. Le recours au déstockage est, dans ce cas, le meilleur moyen, non seulement de ne plus avoir ces invendus dans la case “pertes” de la comptabilité, mais aussi de retirer un bénéfice, même moindre, qui permettra peut-être le financement d’autres frais de cette cessation. Et si, par malheur, ces stocks avaient subi, lors de leur transport, des dégâts n’ayant pas, pour autant, altéré leur qualité, une fois encore la solution du déstockage saurait apporter des alternatives intéressantes.

















Le déstockage remet les articles de loisirs au goût du jour


Les entreprises entreposent, parfois, des produits qui ne font plus l’actualité, dans leurs bâtiments. L’obsolescence est, en effet, un risque qui gagne toute société. Un nouveau produit sort et provoque la mort du précédent. Il en est ainsi, tout particulièrement, des jeux vidéos, des films, du matériel high tech, de la téléphonie, et parfois des livres. Passé l’attrait de la nouveauté, ils perdent tout ou partie de leur valeur et, la plupart du temps, les entreprises ne s’occupent même plus d’essayer de les commercialiser.


Des produits qui ne font plus l’actualité

Le déstockage vient alors en renfort de leur action pour remettre un prix à ces palettes qui dorment depuis quelques temps. Un CD qui ne passe plus à la radio, un livre qui a, depuis, quelques temps, quitté les feux de la rampe, un téléphone portable dont la dernière évolution a voué la précédente référence à une petite mort, un téléviseur pour lequel il en est de même. Tous ces articles se sont éloignés du regard des plus accrocs, des plus geeks, et pourtant, ils sont encore en droit d’apporter du bonheur et du service à de nombreux ménages. Il faut juste les mettre en relation avec cette nouvelle clientèle.


Des cadeaux inespérés

Pourquoi, alors, enterrer durablement ces stocks ? Pourquoi les dévaloriser ? Et si le déstockage permettait de les écouler, de les rentabiliser ? Avec sa propre clientèle, qui ne recherche pas forcément la toute dernière nouveauté mais le meilleur rapport qualité/prix, cette méthode de vente, par le déstockage, apporte de jolis débouchés aux clients et aux fournisseurs et se veut un intermédiaire force de proposition. Les articles de loisirs font, ainsi, l’objet de jolis cadeaux inattendus pour tous, qui feront de nombreux heureux.